POURQUOI LES FILMS DE NOEL ONT-ILS TANT LA CÔTE ?

 A peine l’automne en a-t-il terminé de dépouiller nos arbres de leur feuilles, que la période estivale de Noël pointe le bout de son bonnet à grelot, avec tout son cortège joyeux de festivités et de chaleur humaine. A cette occasion, comme chaque année, nous allons de nouveau craquer pour le chocolat et les mandarines afin de flatter nos papilles, pour les guirlandes brillantes et les jolies boules colorées afin de régaler nos yeux, et pour les films de Noël afin d’asseoir son baromètre d’humeur au beau fixe. Au travers de cet article nous allons tenter de comprendre ce qu’est un film de Noël et pourquoi ils remportent un tel succès chaque année. Puis nous tâcherons de vous donner quelques idées de visionnage en famille, dont certaines, c’est promis, sortiront un peu des sentiers battus !

...par Romain Pillard.


I/ S’il fait froid dehors, il fait chaud au dedans…


Avant de nous lancer dans le pourquoi du succès de ce type de film, peut-être serait il opportun de prendre une minute afin de repréciser ce qu’est un film de Noël au fond… 
On pourrait croire qu’un film de Noël doit nécessairement se dérouler à la période de Noël, or, si c’est effectivement très souvent le cas, ce n’est pas une obligation, prenez par exemple les dessins-animés ou films d’animation, ou bien certaines comédies familiales cultes du genre « Beethoveen », « Les tuches », « Les bronzés » (et « ...font du ski »). 

Le film de Noël type véhicule une certaine forme de mélancolie, une douce effluve toute droit venue du passé, réconfortante, en dépit du fait que nous en connaissons quasiment chaque réplique par cœur et chaque ressorts mieux que notre propre histoire personnelle ! Romance, action, comédie, aventure, le tout délayé par de beaux personnages bien attachants, ajoutez à ceci quelques éléments perturbateurs, saupoudrez le tout de magie ou d’exploits et vous avez la recette idéale du long métrage rêvé pour vous et votre famille en prévision d’un bon moment partagé tous ensemble face à la petite lucarne (qui souvent, de nos jours, n’est plus si petite que cela…).

Quoi qu’il en soit, un film de Noël réussi doit plaire à toute la famille, de l’arrière grand oncle « qui préfère Cruella à Elsa la Reine des Neiges », à la petite dernière qui ne sait pas encore prononcer correctement l’expression « Hakuna Matata... » ! Visionner un bon  film en famille n’est pas qu’une activité pour les enfants, c’est une affaire qui concerne et doit impliquer toute la famille !



Est-il besoin de préciser que le choix du film doit se faire en fonction de l’âge des enfants, parce qu’un tout petit de 4 à 6 ans aura sans doute du mal à comprendre l’humour ou le registre de langue d’un film comme « Le Père Noël est une ordure... », et donc à apprécier. De même, certains contes ou films qui développent une ambiance sombre ou un côté un peu noir pourrait effrayer les enfants qui se situent dans cette même fourchette d’âges, alors dans le doute abstenez-vous et attendez peut-être l’an prochain pour présenter les mogwais à vos enfants en visionnant « Gremlins » avec eux ! Pour autant, à priori, certaines perles un tantinet « ténébreuses » telles que « L’étrange Noël de Monsieur Jack... » ne posent quant à elles strictement aucun problème, quel que soit l’âge de l’enfant, alors foncez et visionnez sans modération !

D’une manière générale et pour terminer de poser les jalons de ce que doit être un bon film de Noël, il faut que tout se termine en Happy End, et si possible dans un grand éclat de rire général et une ambiance plus positive et chaleureuse qu’une veillée de Noël partagée avec les lutins de Santa Klaus. La période est toute dévolue à la bonne humeur et à la chaleur humaine, il est donc tout à fait inconcevable de créer une sorte d’inconfort persistant chez le spectateur, en lui imposant une fin qui serait trop négative ou anxiogène. A vrai dire, les ressorts de ces films reposent parfois sur une sorte de féerie un peu naïve, clinquante et un brin malhabile pour les esprits critiques, néanmoins, c’est aussi cela que nous allons chercher en cette période : l’envie de croire, l’envie que ça marche envers et contre tous… Et si l’on veut être tout à fait objectif, on peut même considérer qu’il existe chez de nombreuses personnes une sorte de complicité entre elles et certains longs métrages qui ont notamment bercés leur enfance puis leurs années tendres. Cela tient en une espèce de pacte entre soi et l’œuvre considérée, faisant que l’on est indulgent vis à vis d’elle et de ses travers (fussent-ils flagrants d’ailleurs...), puisque justement la période de l’année s’y prête tout particulièrement. 
Enfin, si l’on veut se montrer un peu critique vis à vis de ce courant, et pour ne pas voir qu’une seule des deux faces de la médaille, comment ne pas pointer du doigt, une trop fréquente instrumentalisation commerciale de ces films, qui sont absolument parfaits, en tant que soft-power, pour ce que l’on appelle des placements de produits. Mais ceci n’est pas l’objectif de cet article que de développer cet aspect des choses, alors nous ne creuserons pas ce point très profond, même si, de notre point de vue, il ne fallait cependant pas omettre de le souligner.

II/ Vous et vos films de Noël...

    Comme nous l’avons plus ou moins déjà souligné dans la première partie, ce n’est souvent pas la complexité du scénario ou la finesse intellectuelle du film de Noël qui font son succès. On imagine mal toute la famille regroupée autour de « 2001 l’odyssée de l’espace » ou de « DogVille » pour les fêtes et ce n’est pas un hasard ! Laissez de côté le films trop intellectuels, ne lancez pas du Lynch par exemple, et considérez que le public attend autre chose à cette période de l’année.

N’en doutez pas, c’est le divertissement qui est ciblé avant toute autre chose, ainsi qu’une bonne dose d’optimisme qui vient renforcer ce parfum déjà présent dans les têtes, dans les rues et un peu partout ailleurs lorsque Noël approche.

Mais les films de Noël, se sont parfois aussi des histoires qui vous sont toutes personnelles et qui vous « ressemblent » d’une certaine manière… Dans cet ordre d’idées, nombreuses sont les personnes qui ont des comédiennes ou des comédiens fétiches pour le coup, et qui n’envisageraient pas un film de Noël sans une apparition plus ou moins longue de leur acteur ou de leur actrice fétiche ! Hugh Grant, Richard Gere, Tom Hanks, Julia Roberts, Meg Ryan ou Kate Winslet pour les comédies romantiques, Johnny Depp, Jim Carrey, Robin Williams, Angelina Jolie ou Natalie Portman pour les comédies d’aventure, chaque catégorie de film possède ses chouchous et ses têtes d’affiche, et il est fort probable que vous ayez aussi le ou la votre, de chouchou ! Le casting a donc lui aussi une importance non négligeable lorsqu’il s’agit de faire le choix de vos film de Noël et c’est même un des principaux facteurs si l’on s’en réfère aux sondages auprès de la population française.

-------------------------------------------------------------------------

A présent, comme promis, voici une petite liste non exhaustive de jolies trouvailles qui feront le bonheur de bon nombre d’entre vous si vous entreprenez le visionnage. Pour certaines et certains d’entre-vous, aucun film proposé ci-après ne sera une véritable découverte, et en ce cas, c’est que vous êtes une personne qui aime le cinéma et qui en consomme beaucoup, pour les autres, et bien nous vous garantissons de jolies surprises et découvertes. Voici donc … :

- « Les Chroniques de Noël » (2018), de Clay Kaytis, qui vous transportera dans la fabrique de jouets d’un Père Noël résolument Rock’n Roll et  magistralement campé par l’inénarrable Kurt Russel. A voir absolument !

- « La course aux jouets » (1996), de Brian Levan, qui, assez étonnamment, continue de cartonner auprès des nouvelle générations alors qu’il a fait notre bonheur en notre temps, en dépit d’un scénario potache et sans grande profondeur, mais qui ne gâte les gags en rien…

- « La cité des enfants perdus... » (1995) de Marc Caro et Jean  Pierre Jeunet, qui nous transporte dans un univers un peu glauque mais dont l’esthétisme incomparable rend beau jusque la laideur de certains protagonistes.

- « Love Actually... » (2003), de Richard Curtis,  ou les turpitudes amoureuses de deux adorables célibataires unis seulement par une amitié indéfectible, qui ne demande qu’à se métamorphoser en autre chose….

- « Le Père Noël est une ordure » (1982), de Jean Marie Poiré...que nous citons ici même si nous savons que c’est un grand classique dans de très nombreux foyers… Mais pour le coup, avez-vous visionné la pièce de théâtre (cette dernière date de 1979) éponyme ?...Si ce n’est pas le cas, alors offrez-vous ce petit bijou de bonne humeur qui n’a pas pris une ride plus de 30 ans plus tard…

- « Les cinq légendes... » (2012), de Peter Ramsey,  ou l’histoire de Jack Frost (le gel de l’hiver) et de ses compagnons la Fée des dents, le Père Noël, le Lapin de Pâques et le Marchand de Sable, qui veulent sauver les enfants de ce monde du terrible Croquemitaine et de sa terrible cauchemars.



Conclusion :

Les films de Noël ont la saveur des papillotes, des mandarines et de la bûche de Noël, toutes ensemble mêlées. Ils représentent des moments privilégiés de partage en famille, lorsque tous ensemble, nous nous retrouvons au coin du feu ou sur le canapé, et que nous voyageons intérieurement côte à côte, chacun dans notre monde, tout en nous rejoignant dans le même temps. 

Comme nous l’avons vu, leur alchimie peut être très variable, puisque tous les genres cinématographiques sont représentés (un degré moindre les films d’horreur ou d’épouvante tout de même...), néanmoins, ils ont en commun cette faculté à nous proposer une sorte de régression vers notre enfance, à laquelle nous accédons sans sourciller, et même avec une certaine délectation pour la plupart d’entre-nous, reconnaissons-le.

Nous espérons que cet article vous aura été utile et que notre liste finale vous aura pourquoi pas donné quelques pistes de visionnage pour le Noël à venir, il y en a pour tous les goûts ou presque !





0 Comments:

Publier un commentaire