MARRE DE VOTRE ETERNELLE BUCHE DE NOEL ? TOP DES RECETTES POUR UN DESSERT AUSSI BON QUE SURPRENANT !

 Dans les rites païens, il était déjà dans les mœurs de brûler un tronc d’arbre fruitier en hommage aux dieux pour favoriser la qualité des récoltes à venir. Si les origines du passage de la bûche du bûcher aux assiettes restent à confirmer, dans certaines cultures, depuis des siècles, les familles déposaient sur la table de chevet des enfants un coignole, un gâteau à la forme oblongue, découpé sur le dessus et contenant une figurine de Jésus en sucre ou en plâtre. 


Quant à la bûche de Noël telle que nous la connaissons, sa popularité comme pièce de pâtisserie est plutôt récente puisque sa démocratisation remonte aux années 1950. Depuis, elle remplit les panses chaque année au moment des fêtes. On la connaît fidèle à la recette traditionnelle avec une base de biscuit génoise, garnie avec de la crème au beurre au chocolat ou au café. On la déguste volontiers lorsque la ganache à la crème au beurre laisse place à des combinaisons davantage aériennes comme une mousse aux fruits ou une crème au mascarpone. On l’apprécie également en version glacée façon vacherin ou aux agrumes… Pourtant, même en variant les plaisirs, difficile de ne pas éprouver une certaine lassitude. Après avoir fait le tour des recettes, la transcendance s’effrite et on se dit qu’il est vraiment temps de faire expérimenter à nos papilles, de nouveaux horizons. Voici donc notre top des recettes pour un dessert de fêtes aussi bon que surprenant.

La pavlova de Noël :


Légère et aérienne, la Pavlova doit son nom à la célèbre ballerine éponyme. Si l’origine de la recette est contestée puisque la lutte pour la paternité entre la Nouvelle-Zélande et l’Australie est encore d’actualité, le dessert a depuis plusieurs décennies conquis tant les cuisines des plus grands pâtissiers que les férus de desserts. La recette est simple : première étape, la meringue. Il suffit de battre 4 blancs d’œufs et d’y incorporer 150 g de sucre – éventuellement en ajoutant un peu d’arôme de vanille pour rehausser le goût. Seconde étape, enfourner le tout, d’abord à 120 °C pendant 45 minutes puis à 90 °C pendant 20 minutes. C’est ce procédé de cuisson un peu particulier qui fait qu’une Pavlova est bien plus qu’une simple meringue. Elle est croustillante à l’extérieur et moelleuse à l’intérieur. Lorsque la meringue est refroidie, il suffit de l’agrémenter de crème fouettée et d’une bonne dose de fruits. En lieu et place de la traditionnelle bûche, la Pavlova peut être façonnée en forme de sapin – un peu de colorant alimentaire vert et le tour est joué – ou forme de couronne de Noël.

Le brownie chocolat-gingembre


Simples et efficaces, les différentes recettes de brownie font l’unanimité. Nul besoin d’exceller dans l’art de la pâtisserie pour offrir à ses invités un dessert résolument bon et surtout digeste. Noël étant une occasion à part entière, le traditionnel brownie au chocolat se doit d’être un peu revisité. Tant sur le plan du nappage qui demande un soupçon de magie qu’en matière d’ingrédients où l’originalité est de mise. Le gingembre, par exemple, est une plante qui regorge de vertus pour lutter contre les petits maux de l’hiver : il aide à la digestion et contient même des pouvoirs antioxydants. Son goût tout particulier en fait un excellent candidat à incorporer dans les recettes les plus simples. Légèrement pimenté, il se mêle parfaitement au chocolat tout en atténuant les notes les plus sucrées. Pour faire un brownie de Noël, il faut 200 g de chocolat noir, 100 g de beurre, 150 g de sucre, 3 œufs et 20 à 30 g de gingembre selon les préférences de vos invités. Il suffit de mélanger le tout puis d’enfourner à 180 °C pendant 15 minutes et le brownie est prêt à être dégusté !


La maison en pain d’épices

Aussi populaire dans les mets salés que sucrés, le pain d’épices s’invite lors de fêtes de fin d’année aux repas de famille. On le connaît sous forme de cake aux fruits confits, de biscuits et même en mousse… Mais s’il y a bien un dessert faisant l’unanimité, c’est la maison en pain d’épices. Certes, il demande de maîtriser les dosages et pas mal de temps quant aux finitions, mais le jeu en vaut la chandelle. Qui plus est, les enfants seront subjugués par le projet et se feront une joie de participer pour créer les décors si tant est que vous ayez sous la main de beaux emporte-pièces en forme de bonhomme d'épices, de sapin ou même de père Noël. Pour fabriquer les deux maisons, il faut 850 g de farine, 250 g de cassonade, 250 g de beurre, 300 g de miel, 2 cuillères à café de bicarbonate de soude, 2 blancs d’œuf, 100 ml de lait sans oublier ce qui fait l’essence d’une maison en pain d’épices : le mélange à pain d’épices à raison de 2 cuillères à café. Question préparation, tout d’abord, il faut mélanger le beurre et la cassonade puis ajouter le miel, le bicarbonate de soude, la farine et les épices. Ensuite, une fois que le mélange est homogène, il ne reste plus qu’à incorporer le lait puis à pétrir le tout et à donner à la pâte la forme souhaitée pour constituer les murs de la maison. Ensuite, 12 minutes au four et vous voici en possession de beaux biscuits qu’il faut assembler. Pour le décor de la maison, il suffit d’ajouter quelques petits personnages en biscuit pain d’épice et de dessiner quelques détails avec du glaçage royal : des portes, des fenêtres, les tuiles du toit, etc. Les plus gourmands pourront même ajouter quelques bonbons, même si, avouons-le, la recette est déjà bien copieuse.


0 Comments:

Publier un commentaire